Interim Manager, toute l'information et l'actualité sur l'interim management

David Brunat

Par le 09/10/09

Normalien, universitaire et philosophe de formation, a été membre du cabinet du ministre du Travail et des Affaires sociales. Spécialisé dans le conseil en communication et en stratégie, il a fondé début 2009 la société Or & H Conseil.

Que faire quand un jour on perd son emploi ?

david-brunatLa réponse est toute trouvée : se rendre visible sur la toile et créer son propre site pour chercher un nouveau job. Logique, mais très innovant, presque révolutionnaire au regard des schémas traditionnels du marché du travail et de la recherche d’emploi.

Car cette démarche initiée par Michel Crestin et Hugo Lambeets renverse les choses : ce n’est plus le demandeur d’emploi qui ira au-devant des employeurs potentiels, mais ces derniers qui se tourneront vers lui.

Avec cette nouvelle dynamique interactive, ils dépassent la vieille dichotomie entre l’offre et la demande d’emploi et crée véritablement une nouvelle manière pour le demandeur d’emploi de valoriser son capital humain.

Posséder une compétence professionnelle est essentiel. Mais il faut en plus la faire reconnaître et la rendre visible, la différencier, et aussi veiller à ce qu’elle soit identifiée comme disponible et immédiatement mobilisable.

Et si ce duo parie à ce point sur le net pour se rendre visible et compétitif auprès d’un vaste réseau d’employeurs susceptibles de capter leurs riches compétences, c’est parce que la création d’un site est pour eux un facteur très puissant de démultiplication de leur employabilité.

Dans un monde où l’esprit de mission progresse au détriment des vieux modèles d’emplois fixes et pérennes avec des statuts protégés, ils savent toute l’importance de la mobilité professionnelle dans son sens le plus large : la mise à jour permanente des connaissances et des savoir-faire, l’insertion dans un large réseau professionnel (y compris numérique, bien sûr !) et la capacité à passer d’une mission à une autre, d’un emploi à un autre, d’un projet à un autre, d’un secteur d’activité à un autre …

Il me semble donc qu’ils ont créé pour ainsi dire leur propre marché de l’emploi en capitalisant sur leur expertise, d’une part, dans le web et sur les ressorts de l’économie actuelle, qui est une économie du savoir, de la connectique, des interfaces, et , d’autre part, sur leur expérience “multiculturelle”.



Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi :

De la DS 19 au marketing 3.0
On peut être né à l’époque de la DS 19, de Michel Debré et de Paul Anka et avoir des choses à...
Hugo Lambeets
Après une formation universitaire - Sciences Politiques et Sociales - à Louvain (Belgique), Hugo LAMBEETS...
Les vrais coûts de l’interim management
Le vrai prix de la disponibilité Si l'on compare la rigidité et les couts d'un CDI, il parait logique...
Le Management de transition à l’Université
Une formation au management de transition sera proposée aux étudiants de l'Université Paris Dauphine...

Les commentaires sont clos.

Laissez votre commentaire